Thérapie EMDR + (Thérapie par Mouvements Oculaires)

La thérapie EMDR a été fondée par F.Shapiro en 1987 et commença par être une thérapie spécifique au traitement de personnes souffrant d’état de stress post traumatique (voir l’article  : http://www.ma-psychotherapie.fr/2018/01/18/lalarme-qui-ne-seteint-plus/

Au fil des recherches, elle s’est avérée aussi efficace dans de nombreux cas : 

Les phobies, les attaques de panique, la culpabilité, l’anxiété, la perte d’estime de soi, la peur des relations intimes, les relations conflictuelles récurrentes,  les syndromes d’abandon, les dysfonctionnements sexuels, la dépendance chimique, les douleurs chroniques, les douleurs des membres fantômes…

Si la thérapie EMDR part du constat que « les souvenirs précoces sont la source première de nombreuses pathologies actuelles », elle agit également sur des souvenirs plus récents  :

Du traumatisme de guerre au souvenir d’une humiliation dans la cours d’école, la thérapie fonctionne et c’est là toute sa force : Elle traite ce qui fait toujours souffrir, et empêche de se sentir pleinement secure avec soi même et avec les autres.

La question n’est donc pas de juger si ce qui s’est passé est grave ou pas, l’important est de savoir si ce qui s’est passé continue de vous faire souffrir ou pas.

Pourquoi continue t-on de souffrir malgré le temps qui passe ?

Lorsque un « trauma » se produit, il génère d’importantes émotions négatives qui submergent le cerveau et l’empêchent de faire son travail de synthèse et d’intégration.

Il ne parvient pas à donner du sens à l’évènement, il le laisse alors en l’état et l’isole, avec plus ou moins de succès … Souvent coupé de la partie du cerveau corrélée à la parole, la personne ne parvient pas ou peu à en parler.

Le souvenir est figé, dans l’état de son vécu initial.  Le système chargé de traiter et classer les évènements étant bloqué, les souffrances emergent (stress, angoisse, phobie, insomnie, dépression, somatisation, problèmes alimentaires…). On constate aussi des réactions et des pensées de type : agressivité, mauvaise image de soi, remise en question permanente, difficultés sociales, relations conflictuelles, trouble de la mémoire…

L’évènement non traité, continuer à tenter d’intégrer la mémoire , mais n’y parvient pas car trop « chargé ». Aussi, il est fréquent de se sentir complètement impuissant face à des images, des flashs, des sensations sans lien apparent avec l’environnement extérieur et qui surviennent de façon incontrôlable. 

*Le temps seul n’agit pas sur les traumatismes*

D’ailleurs les personnes sont souvent bien conscientes que le trauma est fini, mais elles ne le ressentent pas comme tel (et c’est normal car le trauma lui demeure actuel et non relié à la notion du temps qui s’écoule). Il est fréquent de rencontrer des patients devenus adultes continuer de souffrir d’évènements « non digérés » remontant à leur enfance.

Comment fonctionne la thérapie par mouvements oculaires ?

Cette thérapie se base sur le concept d’auto guérison du corps face à une blessure. Lorsque l’on se blesse, le corps soigne et referme la plaie, mais si quelque chose empêche la guérison, comme un corps étranger ou un trauma répété, la blessure suppurera et causera de la douleur. Si l’empêchement est levé, la guérison peut reprendre. C’est ce qui semble aussi se produire avec les processus mentaux.

Avec l’aide des mouvements oculaires effectués, le système psychique chargé de traiter et « digérer » les évènements douloureux va être réactivé et va parvenir à traiter l’information correctement. Ainsi, l’évènement traumatique deviendra un souvenir, appartenant au passé et déchargé des émotions négatives à l’origine de la souffrance.

« Travailler le souvenir dysfonctionnel en EMDR, c’est lui redonner sa dimension fonctionnelle. C’est réactiver le système d’auto-guérison. C’est mettre le passé à sa place, dans vos tiroirs à souvenirs. En finir enfin avec une lutte interne qui n’a pas de sens, juste de la souffrance. Et ensuite, les symptômes disparaissent. Par effet d’autorégulation. Car le système de traitement peut à nouveau fonctionner normalement, et n’a plu besoin de gérer des informations dysfonctionnelles » 

Voici un exemple ; ( fictif et simplifié).


Une patiente 42 ans, cite un souvenir dans lequel elle a été humiliée par son père lorsqu’elle avait 8 ans. Aujourd’hui, elle se sent toujours coupable et blessée, lorsqu’elle en parle elle ressent les mêmes sensations qu’il y a 34 ans. Elle s’en étonne.
En début de séance, lorsque démarre l’étape de la désensibilisation, la scène douloureuse est ré-activée. Via les mouvements oculaires effectués, les affects négatifs et douloureux vont petit à petit être « digérés ». A la fin de cette étape, à l’évocation de la situation initiale, elle ne ressentira plus d’émotions négatives. Elle s’en souviendra mais sans en souffrir.
Dans un second temps, le traitement qui prévoit l’intégration d’une pensée adaptée et positive de soi même, va lui permettre de se sentir bien, sereine.
Ce procédé sera renouvelé pour l’ensemble des souvenirs douloureux identifiés au cours de de la première séance.

La thérapie pour qui ?

Des résultats thérapeutiques positifs ont été rapportés avec un vaste éventail de populations de tout âge. Je précise que la thérapie peut nécessiter une période de stabilisation , en fonction de l’état psychique du patient.

La thérapie par mouvement oculaire est aussi efficace dans le traitement des troubles de l’attachement.

Y a t il un « après » ?

Oui pour beaucoup de personnes. 

L’opinion que le patient a de lui même change automatiquement, il se redéfinit en tant que personne ayant des capacités de pensées positives, une histoire et un futur. Les patients retrouvent de l’espoir et reprennent leur chemin ou parfois même s’en construise un nouveau. 

Le sens qu’à le patient de sa propre valeur et de son efficacité change automatiquement, induisant des comportements nouveaux, plus affirmés. La thérapie réconcilie le corps et l’esprit, le souvenir traumatique va s’intégrer de façon sereine à l’histoire de la personne, lui permettre de retrouver la paix et la sensation d’être pleinement aux commandes de sa vie en étant considéré et intégré comme terminé.

Les patients ayant vécus des atteintes psychiques et psychiques (dans l’enfance et l’adolescence notamment) pourront retrouver leur mémoire, être plus organisés, en capacité de gérer leur vie sereinement et de façon autonome, retrouver le sommeil… Des patients voient également leurs douleurs physiques diminuées (maux de ventre, migraines, vertiges, crampes musculaires …) 

L’EMDR en image :

LES SEANCES :  

Première séance : 60 mn / 50 €

Séance de traitement : 90 mn/ 70 € ou 60 mn / 50 €

3 réflexions au sujet de « Thérapie EMDR + (Thérapie par Mouvements Oculaires) »

  1. Tiffany dit :

    Suite à un choc post traumatique j’ai consulté Mme Mezani grâce à une amie qui me l’a conseillé. Les résultats sont super rapides et depuis je revis. Plus d’angoisses, de cauchemars, de peur…. c’est la première fois que je trouve une solution radicale après 25 ans de souffrance.
    Je tiens àla remercier infiniment pour son professionnalisme et sa douceur. Et je vous la conseille à mon tour.
    Tiffany.

  2. JEAN NOEL HENNARD dit :

    Je souhaite dire un grand Merci a Déborah. Elle m ‘ a fait découvrir cette méthode et m’ a aidé à passer des portes dans mon subconscient. je les avais refermées tout jeune , ou laissées entrouvertes. Des blessures sans douleur apparente, mais toujours présentes étaient enfouies ! Ce travail que nous avons pu accomplir ensemble a été formidable dès lors que j ‘ai voulu m’impliquer et collaborer avec Déborah. Il est plus qu’efficace pour chasser vos craintes, vos peurs ,vos angoisses, vos blessures.
    ALORS FAITE LE PAS !!

  3. Jacky dit :

    Nous avons fait 3 séances, dont deux d’EMDR, c’était peu mais déjà j’ai vu les résultat. J’y croyais pas, vraiment pas … quand ca nous concerne on a toujours plus de mal à y croire parait il … Moi qui mendiais toujours de l’affection et faisait des crises de larmes sans fin, ces séances m’ont comme stabilisé, donné de la force, cette force intérieure que je n’avais pas, et qui me poussait toujours a chercher une solution à l’extérieure. Je vais mieux, et je vous en remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *