A propos de la transmission de l’attachement insecure


« Il apparaît que ce n’est pas la nature du vécu des parents qui prédirait le type d’attachement de l’enfant mais plutôt l’importance de leur position défensive. Les comportements défensifs que certains parents ont à l’égard de leurs enfants en situation de stress ou de demande affective, trouvent leur origine dans leurs propres stratégies défensives » P.Fonagy


Les défauts de réponse de la mère à l’égard des besoins de son enfant proviennent de ses propres défenses contre la reconnaissance et la compréhension d’affects négatifs en elle-même.

Ce sont ses émotions négatives (sa souffrance ) qui ni acceptées, ni intégrées, lui font rejeter les besoins de son enfant. Ainsi, lorsque l’enfant, sollicite son parent pour un besoin affectif, le parent va rejeter sa demande afin de se protéger de ses propres émotions : c’est cela la position défensive. (C’est un mécanisme automatique de défense, difficile à réguler consciemment).

Dans le processus de transmission de l’attachement insecure, c’est donc la partie enfant à l’intérieur du parent, qui prédomine et qui souffre encore de ne pas avoir pu se lier à un adulte bienveillant lorsqu’elle en avait besoin. Je le rappelle, chaque personne est programmée pour nouer un lien d’attachement secure car c’est à partir de ce lien qu’elle va pouvoir se développer, autant psychologiquement que physiologiquement.

L’attachement est donc VITAL.

Ceci étant, la transmission de l’attachement insecure, peut durer longtemps et sur plusieurs générations : L’enfant que vous étiez a souffert de rejet, une fois devenu adulte, vous rejetez les besoins de votre enfant (parfois complètement inconsciemment) car vous souffrez toujours, votre enfant souffre de votre rejet et etc …


De ce schéma simplifié, il faut surement retenir, qu’il n’y a pas de déterminisme familial.

La transmission de l’attachement insecure peut cesser, sans thérapie ou avec mais jamais sans prise de conscience de sa propre souffrance car c’est cela qui fait contrepoids à la position défensive en permettant d’être dans l’empathie vis à vis de soi même et par la suite à l’égard des besoins de son enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *