Témoignages de patients

« Un coup du sort est une blessure qui s’inscrit dans notre histoire, ce n’est pas un destin » Cyrulnik.

Preuve en est, avec ces témoignages :

Mme DE FREITAS. 20.Novembre. .2019

Un petit commentaire et un immense remerciement à Déborah MEZANI. Elle a su et sait encore m accompagner avec respect, sagesse, bienveillance et une grande pertinence vers ce que je pourrais appeler une renaissance, une libération qui était, après de maintes relations thérapeutiques, presque inespérée..!
Je la conseille sans hésiter, pour adultes ou enfants, c’est une rencontre qui peut changer votre vie…
Déborah, une nouvelle fois: MERCI

Zahr . 32 ans. Novembre 2018

Je souhaite partager mon expérience car j’espère que cela aidera d’autre personne … j’ai longtemps été à la recherche d’une thérapie et d’une thérapeute qui sache faire du bien à mon cœur et c’est ce que j’ai trouvé avec Mme Mezani sa manière de mener les séances avec douceur professionnalisme m’ont mis tout de suite en confiance je ne le pensais pas possible mais grâce à elle j’ai expulsé des choses enfoui et laisser entré du positif dans ma vie et c’est ce que je souhaite à toutes les personnes qui souffrent…

Victoria, 38 ans, Décembre 2017.

Je tiens à nouveau à remercier Déborah, pour son écoute et son travail de qualité, elle a su aller en profondeur et me rassurer tout au long de la thérapie.

« Déjà à l’école primaire, j’avais déjà des troubles de l’identité et de la perception de la réalité (je ressentais les autres enfants comme éloignés de moi, inaccessibles,  je me questionnais sur ce qui était réel et ce qui ne l’était pas). J’avais la sensation d’être emmurée, mes relations amicales étaient alors très superficielles. J’étais déjà comme assombrie, lourde, « pas marrante ». En autre somatisations, j’avais développé des tics, je faisais des terreurs nocturnes et me réveillais sans souffle, je ne tenais pas en place et j’étais très agitée.

J’ai passé mon adolescence dans un état de stress et d’angoisse très important, je faisais régulièrement des malaises avec chute de tension, sans raison apparente. Comme, me l’a expliqué Déborah, j’avais développé un état de stress chronique, mais à cette époque je ne le savais pas et personne ne m’en a jamais parlé malgré toutes les fois où j’ai été à l’hôpital pour mes douleurs. 

Je savais que le problème venait de mon enfance, mais ça n’y changeait rien, je souffrais toujours. J’ai vécu des périodes de crises intenses, où je ressentais une profonde tristesse et une violente souffrance, j’étais comme aspirée dans un gouffre noir sans fond, incapable de surmonter cet état d’autant que je ne comprenais pas ce qui m’arrivait. Arrivé à l’âge adulte, ce n’était plus gérable, alors j’ai tenté une thérapie avec une psychologue mais cela ne m’a pas était d’une très grande utilité. Je comprenais les raisons de tous mes maux mais après ? je souffrais toujours autant, j’ai donc arrêté au bout d’un an. 

Quelques années plus tard, à la suite d’un évènement douloureux, j’ai vécu une dépression sévère, avec cette fois de brefs états de dépersonnalisation puis un état de léthargie associé à une profonde tristesse contre laquelle cette fois, je n’ai pas pu lutter. J’ai tenté de me suicider.

Hospitalisée, un psychiatre m’a diagnostiqué un état de stress post traumatique et m’a conseillé de m’orienter vers une thérapie psycho corporelle. J’ai alors découvert l’EMDR. Grâce à Déborah et à cette thérapie j’ai senti mon mal me quitter, enfin. Je me sens comme guérie en profondeur, capable de gérer ma vie sans être tout le temps parasitée par ma souffrance et mes idées noires. Grâce à ce travail thérapeutique, j’ai eu la sensation d’être restaurée, moi qui n’avais pas mesuré la puissance et l’impact physiologique de la souffrance dans ma vie. Je me suis aussi rendu compte que la souffrance m’avait comme coupée de la réalité, j’avais l’impression de vivre derrière une vitre sans teint, comme séparée des autres. J’e ne ressentais pas l’amour, je ne pleurais pas, je pouvais passer très vite d’une chose à l’autre ou d’une personne à une autre sans en souffrir. J’avais cette faculté, je ne l’ai plus.

A présent, je me sens « humaine », je pleure quand je suis triste et pour moi l’ancienne «anesthésiée » c’est merveilleux. Je peux aimer comme les gens « normaux » et ressentir l’amour aussi. La thérapie a profondément changé ma vie, je suis devenue calme, confiante, positive, d’humeur égale. »

********************************************************************************

Marylou. Mai 2018

Même si je vous ai déjà remercié de vive voix, je tenais à vous remercier aussi par écrit pour que d’autres comme moi puissent reprendre le cours de leurs vies.
J’ai 61 ans et je me sens enfin vivante. Grâce à nos séances et après avoir vécu la violence, je peux enfin découvrir la paix, je dis bien la découvrir car j’ai passé ma vie à lutter et seuls ceux qui sont passés par tant d’années de souffrance peuvent mesurer combien c’est invivable …
J’ai découvert l’EMDR il y a peu, malheureusement j’ai envie de dire car j’ai perdu beaucoup trop d’années, mais je positive à présent et compte bien sourire et aimer sereinement. Je tiens un peu ma revanche et je voulais remercier Mme Mezani pour tout ça. Pour son écoute, son non jugement, l’empathie dont elle fait preuve, ses sourires, sa compassion que j’ai toujours ressentie comme profondément sincère, et tous les outils dont elle dispose et dont j’ai pu bénéficier . Merci,. Marylou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *