Sous le masque du trouble de l’attachement

Sous le masque des apparences trompeuses d’un enfant distant, froid, colérique et solitaire. Il rejette l’attention et l’amour, mais en a terriblement besoin et terriblement peur à la fois. Décryptage :

« Ne soyez pas trompés par moi. Ne soyez pas trompés par l’air que j’ai, parce-que je porte un masque que j’ai peur d’enlever. Faire semblant est un art qui est ma seconde nature, mais ne vous y trompés pas.

Je vous donne l’impression que je suis en sécurité, que tout est ensoleillé et sans faux pli avec moi, à l’intérieur comme à l’extérieur, que la confiance est mon nom et le calme est mon jeu, que l’eau dort et que je contrôle, que je n’ai besoin de personne, mais ne me croyez pas, s’il vous plaît.

Ma surface peut sembler lisse, mais ma surface est mon masque. En dessous, sourd, le vrai moi est dans la confusion, dans la crainte, seul, dans la souffrance, mais je le cache, je veux que personne le sache. Je panique à l’idée de mes faiblesses, de mes craintes et de ma souffrance exposées. C’est pourquoi je crée avec frénésie un masque pour me cacher derrière lui.

J’ai besoin que l’on se préoccupe de moi. J’ai besoin d’aide. C’est la seule chose qui puisse me libérer, de moi même, des murs de la propre maison que j’ai bâtie moi-même, des barrières que j’ai si péniblement érigées. Mais je ne vous dis pas cela, je n’ose pas, j’ai peur. J’ai peur que vous pensiez que je n’en vaux pas  la peine et que vous riiez, et vôtre rire me blessera. J’ai peur qu’au fond de moi je ne sois rien, rien de bon,  que vous le perceviez et que vous me rejetiez.

Aussi, je joue mon jeu avec mon masque d’assurance à l’extérieur et un enfant tremblant à l’intérieur.

Je déteste me cacher. Honnêtement. Je déteste le jeu superficiel que je joue. J’aimerais  vraiment être sincère et spontané, être moi, mais vous devez m’aider. Vous devez me tendre la main même si c’est la dernière chose dont je semble avoir besoin. Il n’y a que vous qui pouvez essuyer de mes yeux, le vide et la peine que j’essaie de ne pas ressentir.IL n’y a que vous qui pouvez m’ aider. Chaque fois que vous êtes gentil, doux et encourageant , chaque fois que vous essayez de me comprendre parce-que vous vous préoccupez vraiment de moi, les ailes commencent à pousser dans mon cœur. De toutes petites ailes, de très faibles ailes, mais des ailes.

Avec votre sensibilité et votre sympathie, avec votre pouvoir de compréhension, vous pouvez m’insuffler la vie. Je veux que vous sachiez cela. Je veux que vous sachiez combien c’est important pour moi. Vous seul pouvez me libérer de mon sombre monde de panique et d’incertitude, de ma prison solitaire. Aussi ne passez pas sans me voir, s’il vous plaît ne passez pas.

Une longue conviction de manque de valeur et de colère construit des murs solides. Plus vous vous rapprocherez de moi et plus je peux m’enfuir à l’aveuglette, c’est irrationnel, parfois je suis irrationnel. Je combats cette chose que je pleure de ne pas avoir.

On me dit que l’amour, les soins et la tendresse sont plus forts que des murs solides, là se trouve mon espoir, mon seul espoir. Alors , s’il vous plaît, essayer d’abattre ces murs avec des mains fermes mais douces parce-qu’ un enfant est très sensible ».

Pour plus d’informations sur les troubles de l’attachement : https://pro.guidesocial.be/actualites/troubles-de-l-attachement-des-indices-pour-les-detecter.htmlou  https://pro.guidesocial.be/actualites/le-trouble-de-l-attachement.html

Comment choisir son thérapeute ?

Sur quels critères se baser ?

La formation reçue est un des premiers critères à prendre en compte. Pour soigner, il faut pouvoir comprendre, l’être humain étant complexe, il est nécessaire que le thérapeute soit solidement formé. La meilleure volonté du monde ne se substituera jamais à l’acquisition des bases théoriques indispensables à une prise en charge thérapeutique de qualité.

Paradoxalement, il faut aussi garder à l’esprit que le nombre d’années d’études effectué ne pourra jamais prédire de l’efficacité d’un thérapeute . Le docteur Jacques Lecomte nous dit à ce sujet :

« L’étiquette psychologue ou psychiatre semble constituer un sésame absolu (…). Certains estiment que le fait d’avoir suivi une formation pendant plusieurs années procure automatiquement à quelqu’un la compétente pertinente pour aider toute personne qui vient consulter. C’est évidemment faux car il existe de bons et de mauvais psys. Ce propos est d’une telle banalité que je suis presque gêné de l’écrire »

ECOUTEZ VOUS ! Votre intuition vous donnera la réponse, reste à l’écouter …

Choisissez un professionnel qui vous inspire confiance, qui ne vous juge pas et ce quoi que vous lui disiez, c’est important. 

Pour ce qui est du « mauvais psy » voici quelques éléments qui devraient vous alerter :

  • Il parle beaucoup (trop) de lui même et de sa vie privée,
  • Il sous entend plus ou moins directement que les traitements médicamenteux sont inefficaces alors qu’il n’est pas médecin
  • Il manque d’empathie, il émet des jugements (sur vos précédentes thérapies ou sur vos choix de vie par exemple), il vous conseille de façon trop insistante.

Les premières séances servent (notamment) à prendre contact et à faire connaissance, vous êtes de libre de poursuivre ou pas. 

L’inconscient. Un ami en coulisses ?

Selon Freud, certaines pensées, idées ou croyances sont considérées comme inacceptables par l’inconscient qui pour s’en défendre utilise le refoulement. Ce mécanisme chargé de protéger la personne de ses émotions douloureuses n’est pas complétement hermétique (et heureusement!). Ainsi, il donne parfois naissance à des lapsus, des actes manqués qui trahissent sa volonté profonde.

Nous ferions un lapsus tous les 600 à 900 mots ! C’est dire l’omniprésence (l’omnipotence ?) des forces inconscientes dans notre quotidien.

Le lapsus, peut survenir lorsque la personne réprime plus de choses qu’elle n’en exprime. Plus ou moins élaboré, il révèle les profonds désirs et n’a que faire des convenances sociales. Sous le masque du banal accident de langage, il ouvre une porte vers les états d’âme de l’individu.

La face émergée d’un iceberg immergé …

Ce qui est surprenant lorsqu’une personne fait un lapsus ou commet un acte manqué, c’est sa réaction. Elle est très surprise, parfois gênée des décisions, ou des mots qu’elle a prononcés sans avoir eu le moindre contrôle dessus. Pourtant, l’auteur de ces désagréments n’est autre que la personne elle-même. Par analogie avec les rêves, les actes manqués, les oublis et les lapsus, sont une voie d’accès à l’inconscient qui grâce au travail de libre association (en psychanalyse) peuvent éclairer l’individu et le mener à des éléments totalement insoupçonnés.

Le Moi (le conscient) est-il vraiment maître dans sa propre demeure ?

Tantôt libérateur, quand il pousse la personne à agir comme elle le souhaiterait réellement, tantôt protecteur lorsqu’il lui fait oublier ce RDV qui la stresse tant, l’inconscient décide et dirige. Darwin, lui-même dans un souci d’amélioration personnel prenait régulièrement soin de noter les idées et les observations qui lui étaient défavorables, car il savait pertinemment que son inconscient se chargerait bien vite de les lui faire oublier !

L’inconscient : Ce vieux sage …

Quant à ce pressentiment, que chacun a déjà ressenti au moins une fois dans sa vie, il serait également, selon Freud, l’œuvre de l’inconscient : «C’est parce -qu’ il ne sait rien de la motivation de ses propres actes accidentels et parce que cette motivation cherche à s’imposer à sa connaissance, que le superstitieux est obligé de la déplacer en la situant dans le monde extérieur» Pour autant, certaines populations sous couvert de superstition écoutaient leurs inconscients et devenaient ainsi meilleurs psychologues que nous le sommes, selon lui. Les romains, par exemple, analysaient de façon perspicace leurs actes manqués. Si un évènement ou un faux pas se manifestaient avant une visite, ils en déduisaient par superstition qu’il ne fallait pas s’y rendre car il existait une opposition à ce projet. Ils l’attribuaient à des forces extérieures (la superstition) or pour Freud, ce «signe» venait de l’intérieur (l’inconscient).

Peut être (comme souvent) est- ce un peu des deux … Rien n’est simple !!

«On n’est en effet sûr du succès complet que lorsque toutes les forces de l’âme sont tendues vers le but désiré» (Freud)

L’inconscient joue un rôle prépondérant dans la vie du sujet car il le confronte à sa volonté profonde et tente par petites touches de lui faire accepter l’essence même de son « Moi », son être. Non pas qu’il est une conscience ou de quelconques états d’âme ! Il tient simplement le rôle qui lui est attribué : Tenter de conduire les forces psychiques de l’individu vers l’équilibre, vers sa propre réalisation.

L’inconscient, lieu de colocation de l’esprit et de l’âme ?

Qui sait …

Histoire d’une enfance à protéger

(…) Il règne encore en France une tolérance à la violence faite aux enfants pour des raisons éducatives. Comme si l’éducation d’un enfant ne pouvait se passer d’un dressage par des punitions corporelles.

Même si le chemin vers une totale non violence vis à vis des enfants est encore long, leur vulnérabilité, leur fragilité, la nécessité de les protéger, a mis beaucoup de temps à émerger.

Longtemps les enfants ont été perçu comme des « sous-personnes », n’ayant aucun droits et appartenant à la puissance paternelle qui pouvait avoir droit de vie ou de mort sur lui. La protection de l’enfance ne s’est mise en place qu’à la fin du XIXe siècle, avec des textes législatifs. Particulièrement avec la loi de 1889, qui a remis en cause la sacro-sainte puissance du père et rendu possible la déchéance paternelle.

Il a fallu attendre 1935 pour abolir la procédure dite de « correction paternelle » qui permettait à un père « outragé » de faire placer son enfant en détention dans des établissements correctionnels, sans avoir besoin de fournir de justification.

Jusqu’en 1958, il fut toujours possible, de placer les enfants en maison de correction sans qu’ils aient commis aucun délit

De 1850 jusqu’au milieu du XXe siècle, des milliers de jeunes sont condamnés à la maison de correction, et y subissent de durs châtiments. Selon Marie Rouanet, les occupants de ces « prisons » pour enfants étaient le plus souvent coupables de petits délits, ou tout simplement indisciplinés (en 1887, 7 000 enfants de moins de 10 ans étaient détenus). Les enfants errants, les mendiants et les petites filles qui sont prostituées, sont également enfermés.

En 1934, les enfants de la colonie pénitentiaire de Belle-Ile-en-Mer se sont soulevés et enfuis après le tabassage d’un jeune détenu. Une prime de 20 francs de l’époque a été alors offerte à quiconque capturerait un fugitif, entraînant une « chasse à l’enfant ». Cette mutinerie a déclenché une campagne de presse demandant la fermeture de ces « bagnes » d’enfants.

En 1962, le syndrome de l’enfant battu ou syndrome de Silverman sera décrit par Kempe, pédiatre à Denver. Auparavant, pour expliquer les lésions traumatiques sans se référer aux violences subies, on évoquait : le rachitisme, le scorbut, la fragilité osseuse constitutionnelle.

Avec le syndrome de l’enfant battu les médecins commencent à prendre conscience des violences gravissimes faites aux enfants.  Cela sera suivi, dans les années 1970, de la reconnaissance des violences institutionnelles, du syndrome du bébé secoué et de ses conséquences dramatiques : Risque de mort ou de débilité mentale profonde, et enfin du syndrome de Munchausen par procuration (des parents instrumentalisent des enfants en les rendant malades pour en obtenir des bénéfices secondaires).

Il faudra attendre 1980 pour que l’ampleur des violences sexuelles faites aux enfants et de la fréquence de celles venant des proches soit prise en compte, grâce surtout aux associations féministes. Viendront ensuite les dénonciations des violences faites aux petites-filles et aux jeunes femmes, avec la lutte contre les mutilations génitales et contre les mariages forcés (avec la mise en place de lois efficaces et le relèvement de l’âge légal à 18 ans pour le mariage des filles).

En 1989 l’ONU va mettre en place la Convention sur les Droits de l’enfant qui sera ratifiée en 2001 par 191 états dont la France.

L’article 19 oblige les États « à prendre toutes les mesures législatives, administratives, sociales et éducatives appropriés pour protéger l’enfant contre toute forme de violence, d’atteintes, de brutalités physiques ou mentales, d’abandon ou de négligences, de mauvais traitement ou d’exploitation y compris la violence sexuelle pendant qu’il est sous la garde de ses parents ou de l’un d’eux ou de ses représentants légaux ou de toute personne à qui il est confié ».

Dès 1979, la Suède a été le premier pays à prohiber totalement les châtiments corporels sur les enfants y compris à la maison par la famille, suivi par la Finlande et la Norvège, actuellement 31 pays dont 22 européens l’ont fait, mais pas encore la France. (Source ; www.memoiretraumatique.org)

En France, 2 enfants sont tués par semaine sous les coups . Un massacre. Silencieux.

Ces dernières années , la France a été épinglée par la communauté Européenne et par l’ONU plusieurs fois pour son refus de légiférer clairement sur les violences infantiles.

En France, donner une fessée ou une gifle à son enfant reste toléré et n’ai pas sanctionné , contrairement à une très grande majorité des pays membres de l’union européenne. Lorsqu’on n’interdit pas clairement de frapper, ne l’autorisons nous pas officieusement ?

Et c’est ainsi, qu’en 2018, au pays des droits de l’homme, les parents peuvent continuer de « corriger » physiquement leurs enfants, alors même qu’il leur est interdit de frapper leurs chiens. Incompréhensible position. 

En décembre 2016, au terme de nombreux débats,  il fut voté un nouvel amendement qui stipulait entre autre que « tout traitement cruel, dégradant ou humiliant, y compris tout recours aux violences corporelles » commis sur des enfants seraient interdit y incluant la fameuse « fessée parentale ».

Le code pénal interdit déjà les violences faites aux enfants mais dans les faits seuls les cas de maltraitances graves étant sanctionnés, cet amendement était donc principalement préventif et dénué de toute portée pénale. Il fût pourtant censuré dès Janvier 2017 à la demande de certains députés sous couvert qu’il n’avait pas sa place dans le projet de loi « égalité et citoyenneté ». Un retour à la case départ salué par l’opinion publique. Jérôme Fourquet, directeur de l’Ifop  affirme « C’est très très massif et clair,  :

« Sept Français sur dix ne veulent pas que la loi interdise la fessée »

Pour quelles raisons, s’opposent ils si fermement à une loi qui leur interdit de frapper un petit humain sans défense, un enfant, en l’occurrence LEUR enfant ? … La France est tellement en retard sur ce sujet qu’il faudrait une vrai volonté politique pour que les choses évoluent car c’est la mentalité de toute une population qui faut rééduquer (campagnes publicitaires, sensibilisation dans les écoles, les maternités….)

Ma conviction personnelle est pourtant que les parents ne prennent majoritairement pas de « plaisir » à gifler ou fesser leur enfant. Certains parents ont peur de ne pas arriver à éduquer autrement, d’autres sont persuadés que les « petites violences quotidiennes » n’auront pas de conséquences sur le développement de leur enfant, d’autres que ce mode d’éducation va les endurcir et pensent bien faire ….

Il y a pourtant tout à gagner à bannir la violence de l’éducation. Preuves à l’appui, la conférence de Catherine Gueguen nous éclaire.