Eloge de la souffrance …

Grandir sans souffrir ?

Difficile ! Sans ombre peu de lumière, c’est quelque peu cliché et pourtant… La souffrance et les difficultés sont le terreau de la croissance de la conscience. L’adversité est nécessaire (souhaitable ?).

La souffrance est une réelle opportunité de croissance individuelle car au plus vous souffrez au plus vous allez chercher des solutions ( et il en existe, oui oui ! )

Bien sûr, choisir de grandir et de se confronter à soi même est un travail. Difficile parfois, mais qui en vaut la peine souvent. Un chemin, au cours duquel, vous apprendrez que vous n’êtes pas celui qu’on vous a dit que vous étiez ! Vous êtes souvent même tout l’inverse !

Vous apprendrez que vous avez fait au mieux dans les circonstances plus ou moins chaotiques qui ont jalonné vos premiers temps de vie et qu’alors vous êtes pleins de ressources et de volonté de vivre. Il s’agira d’apprendre à connaître qui vous êtes réellement, et arrêter de croire que vous êtes vos défenses ou vos comportements acquis. Arriver à se désamalgamer de cela pour se (re)trouver.

Si vous souffrez justement, c’est que vous savez, vous sentez au fond de vous même que tout « ça » n’est pas vous. Et vous désirez plus que tout fonctionner différemment, ne plus utiliser ces vieux schémas (même si ils ont été nécessaires auparavant, ils ne le sont plus à présent).

La souffrance s’origine dans un conflit intérieur entre l’être (l’inné) et ce qui a été acquis au sein de l’environnement.

C’est en cela que c’est très positif de souffrir, car cela sous tend que vous vous « souveniez » de la personne que vous êtes réellement et profondément et qu’en quelque sorte elle vous « pousse » à revenir à la maison …

Aujourd’hui, faire ce travail est possible sans devoir s’allonger 6 ans sur un divan 3 fois par semaine ( et c’est une diplômée en psychanalyse qui le dit !)

« Reste » à travailler ce terreau (à recycler sa peine en quelque sorte), via le moyen qui vous convient le mieux, jusqu’à que la souffrance que vous ressentiez comme « handicapante » se « transforme » en force, en une source de vie importante et que vous récupériez votre complétude (votre âme …).

Que cette souffrance ne détruise plus celui que vous êtes, qu’elle n’emprisonne plus vos potentiels de développement mais devienne plutôt un levier (après avoir été travaillée bien sur …). Que la liberté installe progressivement ses quartiers en vous … et que vous puissiez croître et vous sentir vivre, libre : C’est de cela qu’il s’agit …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *