L’Etat de Stress Post Traumatique

Une réaction adaptative au départ …

Face à un danger, une réaction de défense immédiate se mets en œuvre, elle est communément appelée « état de stress ». Cette réaction est un moyen de défense et un moyen d’adaptation face au danger. En effet, le stress est vital à la survie de la personne, il lui permet de prendre la fuite ou de se défendre. Le psychiatre L.Crocq, définit cet état comme « La réaction immédiate, biologique et psychologique d’alarme, de mobilisation et de défense de l’individu face à une agression ou une menace ». 

Il existe deux types de réactions immédiates face à un trauma :

La première est considérée comme adaptative : elle est caractérisée par une focalisation de l’attention du sujet, elle est mobilisatrice d’énergie, incite à l’action et permet la fuite. 

La seconde est considérée comme inadaptée (dite aussi de stress dépassé), elle se présente sous quatre formes : La sidération, l’agitation, la fuite panique et l’activité d’automate. Elle ne permet pas la fuite et inhibe l’action.

Vient ensuite la période post immédiate qui débute au deuxième jour et s’étend rarement au-delà d’un mois. Passée cette période « d’incubation », on constatera soit un retour à la normale, soit la constitution d’un syndrome psycho-traumatique durable (ESPT)

Lorsque le retour à la normale ne se fait pas

Certaines parties du cerveau  peuvent demeurer suractivées même après plusieurs mois. La réaction extrême ne s’arrête pas et continue de produire des symptômes de défense alors que le danger est passé.

L’ESPT est comparable à une blessure psychique qui malgré le temps qui passe ne se résorbe pas, on peut alors parler de complication de la blessure. Le stress ayant un impact biologique et neurologique, les signes d’hyper vigilance ou d’état d’alerte quasi permanents apparaissent. L’alarme ne s’éteint plus et commence à dérégler le corps et/ou l’esprit.

L’ESPT produit une multitude de symptômes

Insomnies, réactions de sursauts, difficulté de concentration, troubles somatiques, dépression, fatigue importante, sentiment d’avenir bouché, vision pessimiste, conduites d’évitement, altération de la qualité de vie du sujet (fonctionnement social, professionnel…), Anxiété, phobie, reviviscence de scènes traumatiques, état dissociatif, pleurs, image détériorée de soi-même, impression de futur impossible, perte d’espoir.

 Un évènement imprévisible, inacceptable dont l’individu ne parvient plus à se défaire. Pourquoi ?

Louis Crocq estime que « le traumatisme n’est pas seulement effraction, invasion et dissociation de la conscience il est aussi déni de tout ce qui était valeur et sens et surtout perception du néant, mystérieux et redouté, ce néant dont nous avons l’entière certitude qu’il existe, inéluctablement, mais dont nous ne savons rien et que nous avons toute notre vie nié passionnément »

En outre, le traumatisme expose l’individu à sa propre vulnérabilité, il le confronte à la fin de son monde idéal, non violent, bienveillant et ce sans demi-mesure. Il détruit son « insouciance », celle qui lui permettait d’envisager le futur dans un état de relative sérénité.

Les évènements principalement cités comme pouvant générés un ESPT sont  (liste non exhaustive) : Mort ou menace de mort, blessure grave ou menace de blessure grave, agression sexuelle, accident, catastrophe naturelle, décès d’un proche survenu brutalement, agression, guerre…

Pourtant, le  neuropsychiatre Bessel van Derk Kolk, avance que l’on se méprend beaucoup sur la notion de traumatisme et sur les évènements pouvant donner naissance à un état de stress post traumatique. Il précise : « On l’assimile à tort à un évènement horrifique et exceptionnel. Il y a bien sûr des situations extrêmes qui marquent la victime au fer rouge. Mais il y a aussi la foule des malheurs ordinaires inhérents à la condition humaine. S’ils ont été vécue dans un sentiment d’impuissance et de desespoir, ils peuvent eux aussi laisser une cicatrice douloureuse après les faits. Tous ceux qui ont eu des parents violents, vécu une relation pénible, la mort d’un ami ou même un accident, le savent bien. Certes, ils ne présenteront pas tout les symptômes de l’ESPT mais nos recherches nous montrent qu’à un degré moindre de très nombreuses personnes portent la trace du trauma dans leurs corps »

D’ailleurs, selon l’’institut de victimologie français :  » Toutes les formes de maltraitances et de violence récentes et/ou anciennes devraient être systématiquement recherchées dans tout bilan clinique. Car les EPST sont souvent sous diagnostiqués par le corps médical et paramédical ». Dans les cas de maltraitances chroniques durant l’enfance, on parle d’avantage d’état de stress post traumatique complexe. 

Quant à la prise en charge thérapeutique de l’ESPT (simple ou complexe) : Il est selon les spécialistes (et je le pense aussi) nécessaire d’associer le corps et l’esprit (les deux fonctionnants conjointement). L’EMDR, l’Hypnose, l’EFT, La S.E peuvent être des thérapies adaptées. 

Pour plus d’information : http://www.ma-psychotherapie.fr/therapies/

Maltraitance, Négligence : Conséquences & Solutions

Humiliation, violence physique et verbale, manque de contenance, parent continuellement préoccupé et absent psychiquement, environnement anxiogène, ambiance incestueuse, inceste

Autant de situations à l’origine de stress aigus. Face à la répétition des traumatismes, un état de « stress chronique » peut se déclencher et altérer le fonctionnement psychologique et biologique de l’enfant (hyperactivité, troubles de l’apprentissage, isolement, comportement violent, impulsivité, incapacité à réguler ses émotions…)

Le stress généré par la violence abîme profondément durant ces périodes là. D’autant, que l’enfant et l’adolescent sont en construction sur le plan neurologique et physiologique. Les digues psychiques ne sont pas encore bien érigées.

« La maltraitance physique est généralement accompagnée de maltraitance psychologique, mais l’inverse n’est pas nécessairement vrai »

La maltraitance ne se résume pas à des bleus sur le corps. Elle peut être invisible, silencieuse et pour autant générer des troubles importants. Privés d’amour ou d’attention,  ignorés, isolés, considérés comme des adultes avec des responsabilités complètement inadaptées à leur âge, insécurisés et n’ayant pas la capacité de se réconforter seuls, l’enfant et l’adolescent souffrent aussi. Sans cri et sans coup, la maltraitance est pourtant belle et bien présente. Tout autant destructrice que la maltraitance physique. La maltraitance psychologique est un véritable poison.

Le psychologue, Jérôme Guay, nous dit : « Le véritable trauma, sous-jacent à la maltraitance et à la négligence, c’est le fait d’avoir été abandonné, de ne pas avoir été protégé, de ne pas avoir été important, de ne pas avoir compté,. On peut souvent constater que les troubles anxieux ou les réactions dépressives ont comme fondement la peur de l’abandon» .

LES REPERCUTIONS

Lorsque les blessures physiques et psychologiques sont infligées par ceux qui sont censés aimer et protéger l’enfant ou l’adolescent les risques sont aggravés.

Les conséquences d’une enfance maltraitée, négligée sont variées, la liste ci dessous reprend les conséquences les plus fréquentes. Elle n’est pas exhaustive puisque chaque être humain et chaque histoire sont uniques (certains éléments sont extraits du site ; http://www.maltraitance-stresschronique.info/info.html).

* Une humeur de tendance dépressive sur fond de tristesse avec attitude plutôt taciturne et réservée, parfois effacée. La personne peut être résignée face aux difficultés de la vie, cherchant même parfois à les provoquer sans s’en rendre compte, notamment dans la vie de couple ou familiale.

*Une fatigue persistante même en dehors des périodes dépressives. Un besoin important de repos qui n’est pas forcément lié à la pratique d’une activité physique.

*Un manque d’organisation important parfois même perçu par la personne comme handicapant. Des pertes de mémoire récurrentes, une sensation de brouillard qui l’empêche d’y voir clair et de pouvoir analyser les situations correctement.

* Une angoisse diffuse généralisée de type existentiel avec préoccupations ou inquietudes sur tout, s’attendant à ce qu’un évènement tragique vienne lui barrer la route, voyant toujours le pire à sa porte. On dit de cette personne qu’elle est « une grande anxieuse, une grande angoissée » (Cette angoisse est NORMALE, il n’y a pas de culpabilité à avoir)

* Doute, y compris quand il y a réussite socio-professionnelle (tendance à se dénigrer) et manque de confiance en autrui malgré un entourage stable et sécurisant. Cette angoisse est principalement observable dans la relation de couple, d’où le besoin d’être toujours réconforté, rassuré tant sur soi que sur l’amour et l’affection que porte le conjoint.

* Une tendance (plus ou moins marquée) à tester les limites en couple pour voir si celui ou celle qui partage sa vie, l’aime réellement et compte vraiment rester avec il/elle quoi qu’il arrive. Chez certaines personnes dites abandonniques, cette tendance se traduit par un phénomène de « yoyo », qui consiste à quitter, revenir, quitter, revenir… pour « voir » ce qu’il se passe. Ils testent inconsciemment l’amour inconditionnel dont ils ont manqué. On parle aussi de « phénomène de répétition », qui consiste à rejouer de façon inconsciente les abandons passés toujours douloureux.

*Difficultés à vivre en couple, peur, parfois refus de l’intimité, besoin viscéral de solitude. Sentiment d’être incompris,  nécessité de se tenir éloignés des autres ou en contact  mais sur une durée modérée.

*Pleurs, tristesse, sentiment de vide et de futur impossible, perte d’espoir.

*Image détériorée de soi même, trouble de l’identité, trouble de perception de la réalité.

*Tendance à l’autodestruction, intolérance à la frustration ou au stress, instabilité personnelle et/ou professionnelle (Certains comportements qui peuvent s’apparenter à une volonté de ne pas se contrôler, peuvent d’avantage relever d’une IMPOSSIBILITE d’auto-contrôle)

*Souffrances physiques d’origine psychosomatique : Douleurs gastriques, maux de tête, angoisse, oppression dans la poitrine, problèmes de peaux… . Certaines personnes ayant vécu des enfances douloureuses somatisent et « cherchent » la source de leurs maux en multipliant les examens médicaux. Bien sûr, que dans certains cas il y a une maladie organique diagnostiquée mais pour les fois où ça ne l’est pas, il est intéressant d’aborder le passé du patient. Selon l’institut de victimologie français « toutes les formes de maltraitances, récentes et/ou anciennes devraient être systématiquement  recherchées dans tout bilan clinique. »

En effet, les maladies psychosomatiques sont souvent sous diagnostiquées du fait de la méconnaissance et du manque de formation du corps médical sur ce sujet. 

L’étude américaine de Felitti (2010), montre que le principal déterminant de la santé d’une personne à 55 ans est d’avoir subi ou non des violences dans l’enfance.

« Les conséquences sur la santé, sont à l’aune des violences subies. Plus elles ont été graves, fréquentes et plus les conséquences sur la santé sont importantes : risques de mort précoces par accidents, maladies et suicides, de maladies cardio-vasculaires et respiratoires, de diabète, d’obésité, épilepsie, de troubles psychiques, d’addictions, de douleurs chroniques invalidantes, etc… » (source : https://www.memoiretraumatique.org/violences/violences-faites-aux-enfants.html?PHPSESSID=7m6m8vqd6o8sbhr0absins2vf7)

La sagesse populaire veut que le temps guérisse les plaies

Les répercussions de la maltraitance sont nombreuses, durables et même si quelques individus arrivent à s’en accommoder, la majorité se débattent avec leur souffrance avec une impression de survivre. Le souci majeur avec les traumatismes infantiles (traumatismes complexes) c’est qu’ils sont profondément ancrés dans la mémoire non verbale des patients, ils se sont entremêlés à la structure de la personne, des mécanismes s’y sont automatisés et restent figés malgré le temps qui passe.

LA PRISE EN CHARGE

La souffrance d’origine traumatique doit faire l’objet d’une prise en charge psycho-corporelle.

Pourquoi ? Parce que face à la violence et au non -sens, le cerveau isole les affects de la mémoire consciente, en déconnectant plusieurs parties du cerveau entre elles. Il divise l’évènement traumatisant et le stocke à différents endroits de la mémoire en quelque sorte. Par ce procédé, il protège la personne  des effets délétères de tensions trop intenses (Stress et autres hormones).

Face à ces puissants mécanismes d’isolation, il est difficile d’entrer en contact avec la mémoire des émotions par le biais d’un simple raisonnement conscient. D’autant que les souvenirs traumatiques sont aussi (surtout ?) stockés sous forme de mémoire somatique (sensations corporelles).

En stimulant le corps et l’esprit simultanément, la reprise de contact s’effectue, la « digestion » puis l’intégration des évènements douloureux est possible. 

La thérapie psycho-corporelle permet cette reconnection corps(émotions)-esprit (L ’emdr entre autre, mais il n ‘y a pas qu’elle http://www.ma-psychotherapie.fr/therapies/))

*L’hypnose, L’eft, l’ICV, La Somatic Expérience, sont aussi des thérapies efficaces, dans la prise en charge des passés traumatiques.

Ci dessous le lien vers un vidéo très intéressante de Bessel Van Der Kolk, spécialiste mondial du trauma et de la maltraitance https://www.youtube.com/watch?time_continue=467&v=4xRilY9chIY